Menu

Nouvelles

EXPOSITION PHOTO : REGALIA, fierté autochtone

cegep_gerald_godin_exposition_regalia_afficheLe Cégep accueillera du 26 janvier au 8 février 2017 l’exposition photographique REGALIA, fierté autochtone de Roland Lorente et Aline Saffore visant à mieux connaître la culture autochtone.

L’exposition vise à sensibiliser le public à la culture amérindienne contemporaine en mettant en valeur la beauté et la richesse des regalia (tenues cérémonielles). Elle reflète également la diversité des nations autochtones de l’est du Canada.  Ultimement, elle cherche à favoriser le rapprochement entre autochtones et non-autochtones.

Grâce à l’initiative de l’association étudiante, cette exposition composée de photos sur 30 grandes toiles se tiendra du 26 janvier au 8 février 2017.  REGALIA, fierté autochtone expose des photos de danseurs autochtones captées lors de pow-wow à travers l’Est canadien. Les grandes toiles composant l’exposition seront déployées sur tous les étages du cégep. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la semaine autochtone organisée par l’association étudiante et différents comités étudiants du vendredi 3 au 10 février lors de laquelle plusieurs activités seront organisées afin de sensibiliser la population collégiale à la culture autochtone.

« L’ensemble de la communauté, le grand public de même que les écoles secondaires environnantes sont invités à profiter de l’exposition et à lire la petite histoire de chaque danseur qui illustre bien l’importance de la culture chez les autochtones. Les enseignants sont aussi invités à encourager leurs étudiants à prendre le temps de lire les textes des toiles ou même à organiser une activité ou un travail autour de l’exposition, si cela s’y prête » d’affirmer Philippe Boucher, étudiant en sciences de la nature, vice-président aux affaires externes de l’association étudiante (AGEECGG) et initiateur du projet.

Telle une ode à la culture autochtone, l’exposition offre l’occasion d’une rencontre authentique avec les Premières Nations. Elle propose de s’extraire de nos premières perceptions sur la tradition des pow-wow pour en sonder les dimensions identitaires et contemporaines. Pendant 5 ans, le photographe Roland Lorente et sa partenaire Aline Saffore ont parcouru près de 10 000 km dans l’Est canadien et assisté à plus de 20 pow-wow. La récolte sera riche : 30 portraits de danseurs, 30 rencontres fortes – avec des hommes, des femmes et des enfants issus de 14 nations différentes.